Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Multimédia > Bruit, santé > Discours du Sénateur Australien MADIGAN

 

Team Madigan are relentless in their pursuit of the truth of what is happening to rural Australians, and precisely how this abuse is being enabled by acousticians and medical practitioners who are being paid or influenced by big wind and its many supporters. In this case, it was AGL, and an Australian publicly listed company, but it could have been any of the wind developers - we all know they tell lies about the health problems.
it is an antidote to the disgraceful document put out by the AMA (the position statement).
if you wish to thank John, his email address is Senator John Madigan
Senator.Madigan@aph.gov.au

Please post in as many places as you can and circulate the document and the links to the speech

Sarah Laurie BMBS
CEO
PO Box 7112
Banyule VIC 3084
AUSTRALIA
waubra

australie-senat

traduction en français

 

Australian Senator MADIGAN (Victoria)
SPEECH

 

 

THE SENATE
PROOF
ADJOURNMENT
Wind Farms: Health Effects
SPEECH
Monday, 17 March 2014
BY AUTHORITY OF THE SENATE

THE SENATE
Monday, 17 March 2014
SPEECH
Speaker Madigan, Sen John (p112)
Senator MADIGAN (Victoria) (22:19):

Tonight I rise to speak on the relationship between a community and their doctors and how that relationship has been bastardised. But first I will give the chamber some background. In January 2012, researchers at the renowned Stanford School of Medicine published a report that found tobacco companies had conducted a carefully crafted, decades-long campaign to manipulate throat doctors. The aim was to calm concerns among an increasingly worried public that smoking might be bad for their health. The campaign by the tobacco industry, beginning in the 1920s, continued for over half a century. I repeat, it continued for more than 50 years. Tobacco companies successfully influenced physicians to not only promote the notion that smoking was healthy but actually to recommend it as a treatment for throat irritation. The tobacco industry did this by schmoozing doctors and by bribing them, and for a long period of time it was a widespread and successful campaign. So it is clear that the medical profession is not immune to outside pressure, to financial inducements, and to the lure of research grants and corporate donations. It happens, it is real and it impacts members of our community in devastating ways. Australia is not exempt from this. A 2006 University of NSW paper by Susan Engel and Brian Martin says companies have a range of techniques to devalue, demonise,  discredit or vilify victims of corporate activities. Companies can label victims as misguided, ignorant, complainers, self-seeking, vindictive, pawns in the hands of anti-corporate manipulators, or even as criminals. The paper quotes the CEO of CSR in the late 1980s, who referred to asbestos claimants as 'malingerers'. The asbestos industry in Australia hid medical evidence of the health impacts of asbestos dust from at least the mid-1930s through to the late 1970s. As late as 1976 a pamphlet from James Hardie  denied outright any risk to consumers of asbestos products. And parts of the medical industry—and I use the word 'industry' deliberately—were complicit in this. With the benefit of hindsight, we look back at such practices—such corruption and venality—with appropriate horror. And we hope it would not happen in this country again. But this brings me to a current example of a major Australian company—a household name—that has attempted to influence and

intervene in people's relationships with their doctors. I have in my possession a letter written by one of our power generation companies, AGL—a household name in Australia and, for many, a trusted name. In November 2012, AGL wrote to doctors at 12clinics across western Victoria about one of its power generation facilities, the Macarthur wind farm. These medical practices span an area of several hundred kilometres,  from Hamilton in the north to Portland and Warrnambool  in the south. In short, the letter aims to discredit and discount any patient visiting any doctor with any claims of ill health brought about by living near the Macarthur wind farm. It is an outrageous and pre-emptive example of corporate propaganda and was directed straight into the consulting rooms of rural and regional doctors. It suggested that anyone presenting to their doctor with symptoms of wind turbine syndrome should be directed by that doctor to visit the AGL Macarthur wind farm website or to ring the Macarthur wind farm community engagement team! If a similar letter had come from a coalmine or a coal seam gas company,  am sure Senator Di Natale and the Greens would be howling in selective moral outrage. This letter categorically denies any health impacts from living near wind turbines. This is a blatant lie. It is now on the public record that many residents near Macarthur wind farm have experienced serious health effects and repetitive sleep disturbance since the beginning of operation of merely15 of the 140 turbines at the beginning of October2012. In 2013, when the turbines had been operating for not even a year, a preliminary health survey was carried out, anonymously, in this district—and the results were astounding. Around 23 families responded to this survey, indicating around 66 people living out to eight kilometres were already experiencing detrimental impacts from the turbines. Once again, AGL has totally denied responsibility. It is extraordinary and sobering that so many families who have lived in this district happily and healthily for between 30 and 50years suddenly all began to experience serious health symptoms at the same time when the turbines began operation. And it is on the public record that rural and regional communities living near turbines around the world are suffering similar symptoms.
In support of its propaganda, in that letter to local doctors dated 13 November 2012 AGL quoted an organisation called the Climate and Health Alliance. The CAHA includes a coterie of known public health pro-wind supporters such as Fiona Armstrong, Liz Hanna, Peter Taft, Suzie Bourke, Michael Moore and Simon Chapman. The CAHA is not an independent health body by any stretch of the imagination. It is a pro-wind health lobby group whose clinical members ignore their professional ethics and the known science. And did this letter from AGL to doctors across Victoria work? I have in front of me a statement from one local resident, Janet Hetherington, who said her doctor's reaction to her symptoms changed remarkably after he received the AGL letter. Janet said she felt violated by the experience. And she was forced to seek medical help elsewhere. This is unprofessional and dishonest behaviour by a major Australian company. Like the tobacco and asbestos industries, the wind power generation sector has long known its products make people sick. I call on the government to move as quickly as possible towards independent eminent health research into wind farms. Senate adjourned at  22:27

 

Le sénateur MADIGAN ( Victoria ) ( 22h19 ) :

Ce soir, je prends la parole concernant  la relation   entre une communauté et de ses  médecins et comment cette relation a été abâtardie.
Mais d'abord je vais donner à cette chambre quels informations sur le contexte. En Janvier 2012, les chercheurs de la très renommée  « Stanford School of Medicine »  ont publié un rapport qui a révélé que les industries du  tabac avaient soigneusement élaboré , depuis des décennies une campagne pour manipuler les médecins ORL. L'objectif était de calmer les interrogations d’ un public de plus en plus inquiet concertant le fait que le  tabagisme pouvait  être mauvais pour la santé. La campagne menée par l'industrie du tabac, au début des années 1920, s’est poursuivie  pendant plus d' un demi-siècle. Je le répète à nouveau  « a continué pendant plus de 50 ans ». Les industries du tabac ont influencé avec succès les médecins pour  promouvoir la notion que le tabagisme était non seulement bonne pour la santé mais en plus pour  recommander celui-ci comme traitement pour l'irritation de la gorge. L'industrie du tabac a fait cela pendant une  très longue période de temps  en influençant les médecins et en les soudoyant, et cela a été une campagne généralisée et réussie. Il est donc évident  que la profession médicale n'est pas à l'abri des pressions extérieures, à des incitations financières, et à l'attrait de subventions pour la  recherche et aux dons des entreprises. Cela arrive, est c’est une réalité qui  impacte  les membres de notre communauté de façon dévastatrice. L’Australie n'est pas à l’abri.
En 2006 un publication de l’ Université of NSW  par Susan Engel et Brian Martin affirma que les entreprises disposaient d'un éventail de techniques pour dévaluer, diaboliser, discréditer ou dénigrer les victimes des activités des entreprises. Les entreprises peuvent étiqueter les victimes comme des anormales, des  ignorants qui se plaignent, des égoïstes, des vindicatifs, des pions dans les mains d’activistes anti entreprises  ou même comme des criminels.

Le journal cite le chef de la direction de la RSE dans les années 1980, qui fait référence aux plaignants de l’amiante comme des « simulateurs ». L' industrie de l'amiante en Australie a caché des preuves médicales sur les effets  sur la santé de la poussière d'amiante à partir d'au moins le milieu des années 1930 jusqu'à la fin des années 1970. Aussi tard qu’en  1976, un  pamphlet  de James Hardie contestait  d'emblée tout risque des produits à base d'amiante pour les consommateurs. Et certaines groupes   de l'industrie médicale et j'utilise le mot «industrie» délibérément,  étaient complices de cette brochure. Avec le recul, nous regardons cela avec une horreur justifiée et comme des pratiques de  corruption et devénalité. Et nous espérons que cela ne se produira plus jamais  dans notre pays. Mais cela me conduit  à parler d’un exemple actuel concernant une entreprise australienne de  premier plan,  bien connue de tous,  et qui  a tenté d'influencer et d’ intervenir dans les relations des patients  et  leurs médecins.
J'ai en ma possession une lettre écrite par un de nos entreprises de production d'électricité,  AGL,  bien connue  en Australie et pour beaucoup, une marque de confiance. En Novembre 2012,  AGL a écrit aux médecins de  12 cliniques  dans l'ouest de la région de  Victoria concernant un des ses centrales production d’électricité,  le parc éolien de Mac arthur.
Ces pratiques médicales couvrent une superficie de plusieurs centaines de kilomètres, de Hamilton, dans le nord de Portland et Warrnambool, dans le sud. En résumé, la lettre a pour but de discréditer et d’écarter tout patient visité par un médecin qui se plaindrait d’atteintes à sa santé provoquée par le fait qu’il résiderait près de la  la ferme éolienne de Macarthur.  C'est un exemple scandaleux de la propagande préventive d’une entreprise qui a été introduite directement dans les salles de consultation des médecins en milieu rural et régional. Il été a suggéré que toute personne qui consulterait  son  médecin pour des   symptômes du syndrome des éoliennes   d’être conseillées par ce médecin d’aller visiter le site de la ferme éolienne AGL Macarthur ou d’appeler l'équipe de la mission éolienne de la communauté agricole Macarthur!

Si une lettre similaire était venue  d'une mine de charbon ou une compagnie de gaz de houille,  je suis sûr que le sénateur Di Natale et les Verts hurleraient d’une indignation morale sélective. Cette lettre nie catégoriquement les impacts sur la santé des riverains d’éoliennes.  C'est un mensonge flagrant. Il est maintenant  public que de nombreux résidents du parc éolien de  Macarthur ont subi des effets graves sur leur  santé et ont des les troubles du sommeil répétitifs depuis   October2012 l début de l'opération d’implantation des 15 des 140 turbines. En 2013, lorsque les turbines ne fonctionnaient que depuis même pas un an, une enquête de santé préliminaire a été effectuée, de façon anonyme, dans ce quartier et les résultats ont été étonnants.  Environ 23 familles ont répondu à cette enquête, indiquant que  66 personnes vivant sur ​​huit kilomètres avaient déjà  éprouvé des effets préjudiciables causés par ces turbines. Encore une fois, AGL a totalement nié toute responsabilité. Cela  est extraordinaire et donne à réfléchir quand autant  de familles qui avaient  vécu heureuses en en bonne santé dans ce quartier depuis  30 à  50 ans ont commencé soudainement à éprouver des symptômes graves de santé au même moment où les turbines sont entrées  en service. Et à travers le monde c'est  sur la place publique  que des communautés rurales et régionales qui vivent près de turbines souffrent de symptômes similaires.
Pour appuyer sa propagande, dans sa  lettre aux médecins locaux en date du 13 Novembre 2012,  AGL cite une organisation appelée l' Alliance Climat et Santé.
L' ACHA comprend un lobby  concernant la santé composé de pro éoliens  bien connus comme  Fiona Armstrong, Liz Hanna, Peter Taft, Suzie Bourke, Michael Moore et Simon Chapman. L' ACHA n'est pas un organisme de santé indépendant même par un effort d’imagination. Il s'agit d'un groupe de pression de santé pro éolien  dont les membres du corps médical  ignorent  leur éthique professionnelle et les sciences reconnues.

Et que dire de cette  lettre de AGL aux médecins à travers Victoria? J'ai en face de moi une déclaration d'un résident local  Janet Hetherington, qui a dit que la réaction de son médecin concernant  ses symptômes  à changé du tout au tout  après avoir reçu la lettre d’ AGL.
Janet  dit qu'elle se sentait violée par cette expérience. Et elle a été forcée de demander de l'aide médicale ailleurs. C'est un comportement non professionnel et malhonnête d’ une société industrielle australienne majeure.
Comme les industries du tabac et de l'amiante, le secteur de la production d'électricité éolienne sait depuis longtemps ses produits rendent les gens malades.
Je demande au gouvernement d'agir le plus rapidement possible de lancer une étude indépendante sur la  santé liés aux  les parcs éoliens.

Sénat est levée à 22h27

 

 


1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?