Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Échos > 2017 > France: Le premier ministre Australien demande en urgence à la France d'arrêter un projet éolien sur un champ de bataille de grande guerre

fr
France

English version


1

RIENCOURT-LES-CAGNICOURT

Des éoliennes au pied du mémorial ? Riverains et élus sonnent la charge

Un siècle après celle qui a fait couler le sang de 20 000 soldats, une autre bataille se joue entre Bullecourt et Riencourt. Engie green doit planter six éoliennes à deux pas du mémorial australien, au grand dam des riverains et des gardiens de la mémoire de la Grande Guerre.

Par | Publié le 04/11/2017

32 partages Lors de l’Anzac Day, qui commémore une bataille de 1918 près d’Amiens, ici au mémorial Australien de Bullecourt, le 25 avril 2017. Des centaines d’Australiens se rendent sur le site chaque année. PHOTO PASCAL BONNIERE
Lors de l’Anzac Day, qui commémore une bataille de 1918 près d’Amiens, ici au mémorial Australien de Bullecourt, le 25 avril 2017. Des centaines d’Australiens se rendent sur le site chaque année. PHOTO PASCAL BONNIERE - VDNPQR

Gérard Crutel est fumasse. «  Ce projet-là, je n’en veux pas !  », râle le maire de Riencourt-les-Cagnicourt. Son conseil municipal a signifié son refus en votant, par sept voix contre une, de l’implantation d’un parc de six éoliennes dans les champs du sud de la commune. M. Crutel n’a pas le pouvoir de s’y opposer (c’est le préfet du Pas-de-Calais qui signe le permis de construire), mais il tient à faire entendre sa voix. «  On n’est pas contre les éoliennes, mais il y a quand même des limites. Trop, c’est trop, il y en a partout !  »

À l’unisson, Arnaud Alisse, président de l’Association des Sept clochers, énumère la liste des pales qui lui obstruent le paysage. «  Dix-huit éoliennes entre Hendecourt et Vis, six entre Bullecourt et Écoust-Saint-Mein si ça se fait, et six à Quéant. Dans les quatre directions, c’est un encerclement !  »

Lorsque le projet est lancé en 2012, les relations sont pourtant apaisées entre le village et le porteur de projet, Engie green, filiale du géant gazier. L’atterrissage des turbines en plein milieu du champ de la bataille de Bullecourt, où près de 20 000 soldats australiens et allemands ont péri au printemps 1917, a raidi les positions. «  Il faut raison tenir, plaide Colette Durand, cofondatrice de l’association Amitié France Australie. Les éoliennes, on peut les mettre plus loin.  »

« On a pris en compte beaucoup de critères et de contraintes. On ne peut pas s’amuser à bouger le projet tous les dix jours »

L’industriel assure avoir déjà tenu compte de remontées des opposants et riverains dès 2015. «  On a eu beaucoup de retours liés au mémorial, dit Maxime Louage, chef de projet chez Engie green. On a donc décalé le projet vers le sud, de plusieurs centaines de mètres. Quand on entrera sur le site, on ne verra pas les éoliennes, contrairement à ce qui était prévu au départ.  » M. Louage rappelle aussi toutes les études menées en bonne et due forme, l’œil sourcilleux que la Direction de l’environnement (DREAL) appose sur le projet, les multiples règles qui s’imposent au constructeur (notamment acoustiques)…

Cahier de doléances ouvert ce lundi

«  On a pris en compte beaucoup de critères et de contraintes. On ne peut pas s’amuser à bouger le projet tous les dix jours et il est difficile de contenter tout le monde.  » Le quidam a encore l’occasion de faire entendre sa voix : l’enquête publique, qui compile les doléances dans un cahier ouvert à la mairie de Riencourt, s’ouvre ce lundi 6 novembre.

Gérard Crutel ne serait pas loin de basculer dans le camp du « oui ». «  Si les éoliennes sont repoussées plus loin et si Engie refait à ses frais les chemins d’accès, je serais obligé de changer d’avis…  »

«Cet endroit, c’est presque un cimetière!»

Colette Durand a fondé l’association Amitié France Australie au début des années 80 pour aider les Australiens qui viennent se recueillir sur la butte de Bullecourt. Quelque 10 000 soldats des antipodes y ont perdu la vie au printemps 1917. Son fils, Gilles, est l’auteur de Bullecourt, 1917, à la recherche des soldats disparus. Elle milite pour que les éoliennes s’installent à l’écart des champs où les combats ont fait rage.

Qu’y a-t-il sous ces champs situés entre Bullecourt, Riencourt et Noreuil ?

« Environ 10 000 Australiens sont morts ici, sur une petite zone de 2 km2, en 1917. Il y a sans doute des fosses communes, d’après les documents de la Croix Rouge que nous avons étudiés. Aujourd’hui, ce sont des champs cultivés. Mais beaucoup de familles viennent chaque année pour voir le champ de bataille, s’imprégner. Ça les rattache à leur histoire. Ne pas implanter des éoliennes ici, c’est une question de respect pour la mémoire des Australiens. »

Il est de toute façon interdit de sonder les sols…

« C’est vrai, mais je voudrais qu’on trouve les corps avant de construire ici. Si on fait venir des tractopelles, la terre sera retournée en profondeur, c’en sera fini de l’espoir de retrouver des ossements, des pièces, des morceaux d’étoffe, etc. Les Australiens espèrent toujours qu’on retrouve quelque chose pour qu’ils sachent – de nombreux soldats sont toujours portés disparus – et aient un endroit où se recueillir. On verrait mal des éoliennes sur le site de Notre-Dame-de-Lorette ! Cet endroit, c’est presque un cimetière. »

Combien d’éoliennes et quand?

>> Le projet mené par Engie Green porte sur six éoliennes de 150 m de haut. À la suite de réunions et consultations, la filiale du gazier a modifié l’implantation des machines, vers le sud. Quatre se situent désormais sur la commune de Riencourt, les deux autres sur Noreuil. L’éolienne la plus proche d’une habitation se trouve à 830 m de cette dernière (la législation impose un minimum de 500 m).

>> L’enquête publique, durant laquelle chacun peut adresser des questions, des remarques, des griefs, démarre ce lundi 6 novembre, pour un mois. Le dossier complet est à consulter à la mairie de Riencourt ou à cette adresse http://www.engie.fr/green/parc-eolien-sud-osartis  ; au mieux, les éoliennes pourraient être mises en service courant 2020. Mais un ou des recours peuvent allonger les délais de… six ans ! Le temps de purger les procédures au tribunal administratif, à la cour d’appel puis au Conseil d’État.

10
Pas-de-Calais : des éoliennes sèment la discorde entre la France et l'Australie

  • Par  Roland Gauron
  • Mis à jour le 08/11/2017 à 16:43
  • Publié le 08/11/2017 à 16:36

Le ministre australien des Anciens Combattants, Dan Tehan, va demander des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917.

2

Sur les terres du Pas-de-Calais, plusieurs milliers de soldats australiens sont tombés pour la France durant la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui, un champ d'éoliennes qui pourrait voir le jour courant 2020 sur un ancien champ de bataille est à l'origine d'une discorde entre Paris et Canberra. Mercredi, l'Australie a même annoncé qu'elle allait demander des clarifications à la France à ce sujet. «Je parlerai avec mon homologue français pour obtenir des clarifications», a assuré le ministre australien des Anciens Combattants, Dan Tehan. «Les Français, comme les Australiens, comprennent l'importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol.»

La veille, la chaîne australienne Sky News diffusait un reportage sur le futur champ de six éoliennes de 150 mètres de haut qui doit voir le jour entre les communes de Bullecourt et Riencourt-les-Cagnicourt, dans le Pas-de-Calais. Le projet, porté par la société Eolis-Les quatre chemins, filiale d'Engie Green, sera érigé à seulement 600 mètres d'un mémorial dédié aux victimes de la bataille. Certains descendants de soldats australiens s'en émeuvent d'autant plus que certaines dépouilles y gisent encore. Les activités agricoles actuellement menées sur le site ne les dérangent pas, explique Sky News. Mais l'installation d'éoliennes impliquerait de creuser la terre beaucoup plus profondément.

Quelque 10.000 Australiens tués ou blessés

Entre avril et mai 1917, dans ce secteur de deux kilomètres carrés, plusieurs divisions australiennes et une britannique avaient tenté de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons. Au soir d'une première offensive, le 11 avril, la 4e brigade australienne, engagée ce jour-là à Bullecourt, perdra pas moins de 2229 hommes sur les 3000 qu'elle comptait initialement. Le mois suivant, les Australiens repartent à l'assaut. Au cours de cette seconde bataille, 7000 soldats australiens supplémentaires seront tués ou blessés. Encore aujourd'hui, de nombreux Australiens font le voyage pour honorer la mémoire de leurs aïeuls. La ministre des Affaires étrangères australienne s'était en personne rendue sur place il y a trois ans. À ces 10.000 morts ou blessés, s'ajoutent également 7000 Britanniques et 10.000 Allemands.

» LIRE AUSSI - Les Australiens commémorent les combats de la Première guerre mondiale

Le projet d'éoliennes ne rencontre pas uniquement l'opposition des Australiens. Certains riverains voient d'un mauvais œil l'installation des six éoliennes. Le conseil municipal de Riencourt-les-Cagnicourt a voté le week-end dernier contre le projet. «On a eu beaucoup de retours liés au mémorial, rétorque dans La Voix du Nord Maxime Louage, chef de projet chez Engie green. On a donc décalé le projet vers le sud, de plusieurs centaines de mètres. Quand on entrera sur le site, on ne verra pas les éoliennes, contrairement à ce qui était prévu au départ.» Une enquête publique a été ouverte en début de semaine mais le fin mot de l'histoire reviendra au préfet du Pas-de-Calais.

___________________________________________________________________________________________________________________

HAUTS-DE-FRANCE

12
http://www.francetvinfo.fr/societe/guerre-de-14-18/pas-de-calais-un-projet-d-eoliennes-sur-un-champ-de-bataille-ou-des-milliers-d-australiens-sont-morts-en-1917-fait-polemique_2457372.html

Pas-de-Calais : un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens sont morts en 1917 fait polémique

 

Canberra va réclamer des explications car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du terrain

13
Une statue érigée en hommage aux combattants australiens morts durant la première guerre mondiale à Bullecourt (Pas-de-Calais), le 25 avril 2014.  (MAXPPP)


Mis à jour le 08/11/2017 | 08:10
publié le 08/11/2017 | 07:00

Un projet écologique qui provoque une vive inquiétude. L'Australie a annoncé mercredi 8 novembre qu'elle allait demander des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917. Cette annonce intervient au lendemain de la diffusion d'un reportage de la chaîne Sky News faisant état d'un projet du groupe Engie Green d'ériger plusieurs éoliennes entre les villages de Bullecourt et Riencourt-lès-Cagnicourt (Pas-de-Calais), dans le nord de la France.
C'est dans ce secteur que plusieurs divisions britannique et australiennes avaient tenté en avril et mai 1917 de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons (Aisne). Environ 10 000 soldats volontaires australiens avaient été tués ou blessés lors de cet assaut. Encore aujourd'hui, des Australiens se rendent régulièrement à Bullecourt pour rendre hommage à leurs morts.

L'intégrité des dépouilles menacée ?

Le ministre des Anciens Combattants australien a indiqué qu'il contacterait Paris au sujet du projet d'éoliennes, qui inquiète certains descendants de soldats car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du champ de bataille.
Les Français, comme les Australiens, comprennent l'importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol.
Dan Tehan
ministre des Anciens Combattants australien
Sky News explique que les activités agricoles actuellement menées sur le site du champ de bataille ne dérangent pas les associations de descendants de victimes en ce qu'elles restent superficielles. Mais la chaîne observe que l'installation d'éoliennes impliquerait de creuser la terre beaucoup plus profondément. Et potentiellement menacer l'intégrité des dépouilles encore présentes sur les lieux
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
HAUTS-DE-FRANCE
14
http://www.europe1.fr/international/projet-deoliennes-sur-un-site-de-1914-1918-canberra-attend-des-explications-de-paris-3486443

Projet d'éoliennes sur un site de 1914-1918 : Canberra attend des explications de Paris

 07h19, le 08 novembre 2017, modifié à 07h38, le 08 novembre 2017
Un projet d'éoliennes d'Engie Green au centre de la discorde (image d'illustration) @ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

À la suite de la diffusion d'un reportage sur un projet de construction d'éoliennes sur un ancien champ de bataille où de nombreux Australiens ont péri, le ministre australien des Anciens combattants va contacter Paris.

L'Australie a annoncé mercredi qu'elle allait demander des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917.
Un projet d'Engie Green. Cette annonce est intervenue au lendemain de la diffusion d'un reportage de la chaîne Sky News faisant état d'un projet du groupe Engie Green d'ériger plusieurs éoliennes entre les villages de Bullecourt et Riencourt dans le Pas-de-Calais, dans le nord de la France. 
Une tranche de l'histoire australienne. C'est dans ce secteur que plusieurs divisions britanniques et australiennes avaient tenté en avril et mai 1917 de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons. Les soldats qui ont combattu lors de ces deux batailles étaient expérimentés, vétérans de Gallipoli ou Fromelles, et tous volontaires côté australien. Environ 10.000 sont morts ou ont été blessés, mais aussi 7.000 Britanniques et 10.000 Allemands. Encore aujourd'hui, des Australiens se rendent régulièrement à Bullecourt pour rendre hommage à leurs morts.
L'Australie va contacter la France. Le ministre australien des Anciens combattants, Dan Tehan, a indiqué mercredi qu'il contacterait Paris au sujet du projet d'éoliennes, qui inquiète certains descendants de soldats australiens car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du champ de bataille. "Je parlerai avec mon homologue français pour obtenir des clarifications à ce sujet", a-t-il dit. 
"Les Français, comme les Australiens, comprennent l'importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol". "L'Australie a une relation de travail étroite avec le gouvernement français au sujet de la récupération des dépouilles des Australiens sur les champs de bataille français", a-t-il ajouté.
Des travaux trop profonds. Sky News explique que les activités agricoles actuellement menées sur le site du champ de bataille ne dérangent pas les associations de descendants de victimes en ce qu'elles restent superficielles. Mais la chaîne observe que l'érection d'éoliennes impliquerait de creuser la terre beaucoup plus profondément.
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
HAUTS-DE-FRANCE                                      62 PAS-DE-CALAIS                                       62128 Bullecourt
15
http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pas-calais/arras/projet-eoliennes-bullecourt-site-1914-1918-australie-attend-explications-paris-1361723.html

Projet d'éoliennes à Bullecourt, un site de 1914-1918 : l'Australie attend des explications de Paris

16
Lors de l'Anzac Day, de nombreux Australiens se rendent à Bullecourt pour rendre hommage à leurs ancêtres. / © MAXPPP
L'Australie a annoncé mercredi qu'elle allait demander des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917.
Par Jeanne Blanquart avec AFP
Publié le 08/11/2017 à 08:15 Mis à jour le 08/11/2017 à 10:17
Cette annonce est intervenue au lendemain de la diffusion d'un reportage de la chaîne Sky News faisant état d'un projet du groupe Engie Green d'ériger plusieurs éoliennes entre les villages de Bullecourt et Riencourt dans le Pas-de-Calais, dans le nord de la France.

 

_______________________________________________________

6

http://www.skynews.com.au/news/top-stories/2017/11/08/pm-urged-to-stop-wind-farm-on-wwi-battlefield.html


PM urged to stop wind farm on WWI battlefield

Prime Minister Malcolm Turnbull is being urged to intervene urgently to stop the desecration of Australian war graves in France by a company that plans to build wind farms on the World War One battlefield.

The two battles at Bullecourt 100 years ago cost Australia at least 10,000 casualties and the bodies of many of the fallen were never recovered.

Others were found and buried but their names remain unknown.

Sky News contributor Campbell Newman's great-uncle is among the fallen on the battlefield at Bullecourt.

'It's like they've gone to a Lone Pine cemetery at Gallipoli and dug a trench across it and put a wind farm up.' Mr Newman said.

'That's what's going to happen here.'

'It is an outrage.'

Mr Newman says if France approves the development of the wind farm seven towers will be build on the battlefield, including work that will involve digging for foundations, transition tunnels and other earth works.

He is among those urging Prime Minister Malcolm Turnbull to take the issue up with France.

'I would like him to take it up directly with the French president,' he said.

'That's how serious this is, that's how important this is.'

Veterans' Affairs Minister Dan Tehan told Sky News in the first instance he would be raising the issue with his French counterpart.

'This wind farm has been on-again, off-again, so I'll be trying to get an understanding but I can say the French take incredibly seriously ensuring that what took place 100 years ago is properly respected,' he said.

______________________________

1234