Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube  fed  rdp 

 

 

Échos > 2017 > La Fraude, Absolue, Complète et Totale de l'Éolien

gb
United Kingdom

1

The Utter Complete Total Fraud of Wind Power

 

by | Jun 2, 2017 | Politics Blog, Rod's Blog, Tech Blog

The Utter Complete Total Fraud of Wind Power

by Matt Ridley
June 2, 2017

The Global Wind Energy Council recently released its latest report, excitedly boasting that ‘the proliferation of wind energy into the global power market continues at a furious pace, after it was revealed that more than 54 gigawatts of clean renewable wind power was installed across the global market last year’.

You may have the impression from announcements like that, and from the obligatory pictures of wind turbines in any New York Times story, that wind power is making a big contribution to world energy today.

You would be wrong. Its contribution is still, after decades — nay centuries — of development, trivial to the point of irrelevance.  Even after 30 years of huge subsidies, wind power provides only slightly more than zero energy to the world.

Even put together, wind and photovoltaic solar are supplying less than 1 per cent of global energy demand.

From the International Energy Agency’s 2016 Key Renewables Trends, we can see that wind provided 0.46 per cent of global energy consumption in 2014, and solar and tide combined provided 0.35 per cent. Remember this is total energy, not just electricity, which is less than a fifth of all final energy, the rest being the solid, gaseous, and liquid fuels that do the heavy lifting for heat, transport and industry.

Wind energy is 3.3% of the 13.8% of the renewable fuel share. 13.8% x 3.3% = 0.46%

Such numbers are not hard to find, but they don’t figure prominently in reports on energy derived from the Unreliables Lobby (solar and wind). Their trick is to hide behind the statement that close to 14 per cent of the world’s energy is renewable, with the implication that this is wind and solar.

In fact the vast majority — three quarters — is biomass (mainly wood), and a very large part of that is ‘traditional biomass’: sticks, logs, charcoal and dung burned by the poor in their homes to cook with. Those people need that energy, but they pay a big price in health problems caused by smoke inhalation.

Even in rich countries playing with subsidized wind and solar, a huge slug of their renewable energy comes from wood and hydro, the reliable renewables.

Meanwhile, world energy demand has been growing at about 2 per cent a year for nearly 40 years. Between 2013 and 2014, again using International Energy Agency data, it grew by just under 2,000 terawatt-hours.

If wind turbines were to supply all of that growth but no more, how many would need to be built each year? The answer is nearly 350,000, since a two-megawatt turbine can produce about 0.005 terawatt-hours per annum. That’s one-and-a-half times as many as have been built in the world since governments started pouring taxpayer money into this so-called industry in the early 2000s.

At a density of, very roughly, 50 acres per megawatt, typical for wind farms, that many turbines would require a land area half the size of the British Isles, including Ireland (61,000 sq mi). Every year.

If we kept this up for 50 years, we would have covered every square mile of a land area half the size of Russia with wind farms (3.05 million sq mi).

Remember, this would be just to fulfill the new demand for energy, not to displace the vast existing supply of energy from fossil fuels, which currently supply 80 per cent of global energy needs.

Further, the Unreliables Lobby cannot take refuge in the idea that wind turbines could become more efficient. There is a limit to how much energy you can extract from a moving fluid, the Betz limit, and wind turbines are already close to it.

And more: wind turbine effectiveness (the load factor, to use the engineering term) is determined by the wind that is available, and that varies at its own sweet will from second to second, day to day, year to year.

As machines, wind turbines are pretty good already; the problem is the wind resource itself, and we cannot change that. It’s a fluctuating stream of low–density energy. Mankind stopped using it for mission-critical transport and mechanical power long ago, for sound reasons. It’s just not very good.  How much global cargo is shipped by sailing ships these days?

As for resource consumption and environmental impacts, the direct effects of wind turbines — killing birds and bats, sinking concrete foundations deep into wild lands — is bad enough.

But out of sight and mind is the dirty pollution generated in Inner Mongolia by the mining of rare-earth metals for the magnets in the turbines. This generates toxic and radioactive waste on an epic scale, which is why the phrase ‘clean energy’ is such a sick joke and greenie politicians should be ashamed every time it passes their lips.

It gets worse.

Wind turbines, apart from the fiberglass blades, are made mostly of steel, with concrete bases. They need about 200 times as much material per unit of capacity as a modern combined cycle gas turbine. Steel is made with coal, not just to provide the heat for smelting ore, but to supply the carbon in the alloy. Cement is also often made using coal. The machinery of ‘clean’ renewables is the output of the fossil fuel economy, and largely the coal economy.

A two-megawatt wind turbine weighs about 250 metric tons, including the tower, nacelle, rotor and blades. Globally, it takes about half a ton of coal to make a ton of steel. Add another 25 tons of coal for making the cement and you’re talking 150 metric tons of coal per turbine.

Now if we are to build 350,000 wind turbines a year (or a smaller number of bigger ones), just to keep up with increasing energy demand, that will require 50 million metric tons of coal a year more than being mined now. That’s about half the EU’s hard coal–mining output.

The point of running through these numbers is to demonstrate that it is utterly futile, on a priori grounds, even to think that wind power can make any significant contribution to world energy supply, let alone to emissions reductions, without ruining the planet. As the extraordinary polymath Sir David MacKay pointed out, the arithmetic is against such unreliable renewables.

MacKay, former chief scientific adviser to the Department of Energy and Climate Change, said in the final interview before his tragic death last year that the idea that renewable energy could power the UK is an “appalling delusion” — for this reason, that there is not enough land.

The truth is, if you want to power civilization with fewer greenhouse gas emissions, then you should focus on shifting power generation, heat and transport to natural gas, the economically recoverable reserves of which — thanks to horizontal drilling and hydraulic fracturing — are much more abundant than we dreamed they ever could be.

It is also the lowest-emitting of the fossil fuels, so the emissions intensity of our wealth creation can actually fall while our wealth continues to increase.

And let’s put some of that burgeoning wealth in nuclear, fission and fusion, so that it can take over from gas in the second half of this century. That is an engineerable, clean future.

Everything else is a political displacement activity, one that is actually counterproductive as a climate policy and, worst of all, shamefully robs the poor to make the taxpayer-subsidized crony-rich even richer.

— Matt Ridley is the author of The Rational Optimist, and as 5th Viscount Ridley is a Member of the British House of Lords. The Utter Complete Total Fraud of Wind Power originally appeared at To The Point News.

 

 

La Fraude, Absolue, Complète et Totale de l'Éolien

Matt Ridley

La Fraude, Absolue, Complète et Totale de l'Éolien
Matt Ridley ( traduction JlB)

2 juin 2017
Le Conseil mondial de l'énergie éolienne « Global Wind Energy Council » a récemment publié son dernier rapport,

Après avoir révélé que plus de 54 gigawatts d'énergie éolienne renouvelable et propre avaient été installés dans l'ensemble du monde
l'année dernière, le Conseil mondial de l'énergie  a déclaré avec enthousiasme que "la prolifération de l'énergie éolienne sur le marché mondial de l'électricité se poursuivait  à un rythme effréné !"
Vous pouvez constater qu’il y a partout maintenant  des déclarations du même type et que  des images incontournables d’éoliennes pullulent partout par exemple dans pratiquement tous articles par exemple du NY times.

Vous devez donc en déduire  que l'énergie éolienne apporte une grande contribution à l'énergie mondiale aujourd'hui.

Vous auriez tort de penser cela. Après des décennies de développement, sa contribution est encore minuscule,, au point de ne pas  être significative.
Même après 30 ans d’énormes subventions, l'énergie éolienne fournit un peu plus que  zéro de l’énergie de l’énergie au monde.

Alors que  l'énergie éolienne et solaire photovoltaïque fournit moins de 1% de la demande mondiale d'énergie), à partir des données  clés des énergies renouvelables données en 2016 par, l'Agence internationale de l'énergie nous pouvons constater que le vent a fourni 0,46% de la consommation mondiale d'énergie en 2014 et que l'énergie solaire et la mer ensemble ont réalisé 0,35%.

2

 


Attention il s'agit d'énergie totale, pas seulement l'électricité, qui elle  représente moins d'un cinquième de l'énergie finale, le reste étant les combustibles solides, gazeux et liquides qui fournissent les besoins fondamentaux pour la chaleur, les transports et l'industrie.

L'énergie éolienne représente 3,3% des 13,8% de la part des combustibles renouvelables. (13,8% x 3,3% = 0,46%)
De tels chiffres ne sont pas difficiles à trouver, mais sont soigneusement cachés  dans les rapports sur l'énergie fournis  du lobby inconditionnel solaire et éolien
L’astuce qui se cache derrière la déclaration que près de « 14 %de l'énergie mondiale est renouvelable », c’est de faire croire  qu'il s'agit du vent et de l'énergie solaire.

En fait, la grande majorité c’est-à-dire les  trois quarts – c’est  la biomasse (principalement le bois), et une très grande partie de cette «biomasse est traditionnelle»: les buches, les arbres , le charbon et le fumier brûlés par les pauvres dans leurs maisons pour cuisiner. Ces gens ont besoin de cette énergie, mais ils en paient le prix pour leur de santé qui est atteinte  par l'inhalation des fumées.

Même dans les pays riches qui "s’amusent avec le vent et l'énergie solaire" qui sont  subventionnés une énorme portion  de leurs énergies renouvelables provient du bois et de l'hydroélectricité, qui sont des  énergies renouvelables fiables.

Pendant la même période, la demande mondiale d'énergie a augmenté de près de 2 % par an depuis près de 40 ans. Entre 2013 et 2014, et à nouveau en utilisant les données de l'Agence internationale de l'énergie, elle aurait environ progressé de moins de 2 000 térawattheures.

Si les éoliennes devaient fournir toute cette  croissance, mais pas plus,   savez-vous combien il devrait en être construit par d’éoliennes?
La réponse est : environ  350 000, car une turbine de2 mégawatts peut produire environ 0,005 Térawatt-heure par an.

C'est une fois et demie ce qui  été construit au total dans le  monde depuis le début du programme et que les gouvernements ont commencé au début des années 2000 à verser e l'argent des contribuables à cette industrie.

En comptant une surface nécessaire de 20 hectares  par mégawatt, surface typique pour les parcs éoliens, ces 350 000 turbines  nécessiteraient chaque année une superficie de moitié de la taille des îles britanniques, y compris l’Irlande.
Si ce rythme était maintenu pendant 50 ans , chaque hectare d'une  superficie de la moitié de la taille de la Russie  aurait été recouverte avec des parcs éoliens. Mais ce ne serait que pour simplement  répondre à la nouvelle demande d'énergie, et non pour remplacer  l’approvisionnement en énergie gigantesque existante  avec les combustibles fossiles, qui approvisionnent actuellement 80% des besoins énergétiques mondiaux.

En outre, le lobby inconditionnel du vent ne peut pas se dire  que les éoliennes pourront  devenir plus efficaces.  Il existe une limite scientifique  à la quantité d'énergie possible à  extraire d'un fluide en mouvement, c’est là la limite Betz et les éoliennes en sont déjà sont déjà proches.

Et plus encore: l'efficacité d’une éolienne  (le facteur de charge terme  technique utilisé) est déterminé par le vent disponible, et cela varie selon le vent seconde après seconde, jour après jour, année après année.
En tant que machines, les éoliennes sont déjà perfectionnées ; Le problème c’est la ressource énergétique  elle-même, c’est-à-dire le vent et cela personne ne peut la changer. C'est un flux fluctuant d'énergie à faible densité.

L'humanité a cessé de l'utiliser pour un transport de base  et pour l’énergie mécanique depuis longtemps, pour une  raisons simple. Ce n'est tout simplement pas très bon. Quelle quantité de fret mondial  globale est expédiée par les voiliers aujourd’hui?

En ce qui concerne la consommation de ressources et les impacts environnementaux, les effets directs des éoliennes sont de  tuer les oiseaux et les chauves-souris, couler de  fondations en béton profondément dans les terres sauvages – ce qui est déjà assez mauvais.

Mais hors de la vue et de  l'esprit c’est est la pollution gigantesque  générée en Mongolie intérieure par l'extraction de métaux de terres rares nécessaires aux aimants dans les turbines. Cela engendre  des déchets toxiques et radioactifs sur une échelle monumentale, c'est pourquoi la phrase «énergie propre» est une blague de faibles d’esprits qui et les politiciens écologistes qui devraient avoir honte à chaque fois qu’ils osent la prononcer.

Mais cela a empiré.

Les éoliennes, en dehors des lames de fibre de verre, sont fabriquées principalement en acier, avec des bases en béton.  Elles  ont besoin d'environ 200 fois plus de matériel par unité de capacité qu'une turbine à gaz à cycle combiné moderne. L'acier est fabriqué avec du charbon, pas seulement pour fournir la chaleur pour la fonte du minerai, mais pour fournir le carbone dans l'alliage. Le ciment est souvent aussi fabriqué à l'aide de charbon. Le mécanisme des énergies renouvelables «propres» est basé sur les  combustibles fossiles et, en grande partie, du charbon.

Une éolienne de deux mégawatts pèse environ 250 tonnes, y compris la tour, la nacelle, le rotor et les lames. À l'échelle mondiale, il faut environ une demi-tonne de charbon pour fabriquer une tonne d'acier. Ajoutez encore 25 tonnes de charbon pour faire du ciment et vous parlez 150 tonnes de charbon par turbine.

Si  nous voulons construire 350 000 éoliennes par an  (ou un nombre plus restreint de plus grandes), pour répondre à la demande croissante d'énergie, cela nécessiterait  50 millions de tonnes de charbon par an,  de plus que ce qui est extrait actuellement. C'est à peu près la moitié de la production d'extraction de charbon de l'Union européenne.

Le but de dévoiler ces chiffres c’est de démontrer qu'il est à priori  totalement futile, même impensable que l'énergie éolienne puisse, sans ruiner la planète, apporter un jour une contribution significative à l'approvisionnement énergétique mondial, et encore moins réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Comme l'a souligné brillamment  Sir David Mackay, « l'arithmétique est contre ces énergies renouvelables non fiables ».

Mackay, ancien principal  conseiller scientifique du ministère de l'Énergie et des Changements climatiques, du Royaume Uni avait  déclaré lors de lors de son dernier entretien avant   sa mort tragique l'année dernière que l'idée affirmant que  l'énergie renouvelable pourrait alimenter le Royaume-Uni était  une «illusion épouvantable» - pour une seule raison, il n’a avait pas  assez de terre.


La vérité est que si vous souhaitez alimenter la population mondiale avec moins d'émissions de gaz à effet de serre, vous devriez vous concentrer sur le transfert de la production d'électricité, la chaleur et le transport vers le gaz naturel, dont les réserves économiquement récupérables - grâce au forage horizontal et à la fracturation hydraulique - sont beaucoup plus importantes
et abondante que nous n’avions jamais rêvé

C’est  également le plus faible émetteur de co2 des  combustibles fossiles, de sorte que l'intensité des émissions de notre création de richesse peut diminuer alors que notre richesse continue d'augmenter.

En mettant  une partie de cette richesse vers l’énergie e nucléaire, la  fission et la  fusion, afin de pouvoir prendre le relais du gaz dans la seconde moitié de ce siècle. C'est un avenir intelligent et propre.

Tout le reste est une activité de mouvement brownien  politique, qui est réellement contreproductif en tant que politique climatique et, le pire de tout, prend  honteusement aux pauvres  pour rendre     les contribuables riches encore plus riches.


1234